• Le Tadjikistan est celebre aupres des cyclos-voyageurs et trekeurs pour les Pamirs, on l'a deja maintes fois mentionne...mais on entend moins parler des "Fanski Gori" (ou Fan Mountains ou Monts Fan), massif montagneux au nord-ouest de Dushanbe. D'une surface certe beaucoup plus reduite et altitude moyenne plus modeste que son homologue pamiri, ce massif montagneux n'en est pas moins un petit paradis pour les randonneurs et alpinistes.

    Nous nous y sommes rendus la semaine derniere (en expliquant a nos velos qu'on ne les abandonnait pas et qu'on serait de retour tres vite!), pour un tour de quelques jours loin de la ville. Quelques heures de taxis partages plus loin - avec entre autres un tunnel horrible du genre "on descend a la mine" et une bonne portion de route defoncee, nous voici au depart du chemin qui nous a fait passer de merveille en merveille durant 5 jours, entre la vallee d'Artuch et le lac Iskanderkul...

    Juste un petit mot sur les taxis pour l'anecdote: dans le premier (un gros 4x4 qui pue, honte a nous, mais vu le tunnel et la route on etait contents!), tous les passagers on fait une priere avant de demarrer...ca surprend un peu! dans le deuxieme, un minibus qui nous a emmene vers les montagnes, en theorie il y a 8 places, mais en pratique au moins le double, sans aucun respect de la securite ni du bien etre des passagers, de 0 a 90 ans. Il n'y a que nous, comme nous avions paye le prix "touristes" evidemment, qui n'avons pas eu droit a 2 ou 3 personnes sur les genoux! Un echauffement, une petite mise au parfum pour l'Inde me direz-vous...!

    Bon, bon, j'arrete avec les anecdotes pour laisser place aux photos de ces magnifiques paysages...

    Randonnee dans les Monts Fans... Randonnee dans les Monts Fans...








    en remontant la vallee d'Artuch, en route vers les sommets!

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Lac et bassin De Kulikalon

    Randonnee dans les Monts Fans...

    ...entre bleu "lagon", sommets et glaciers cotoyant les 5000m!

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Randonnee dans les Monts Fans...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     comme si la magie de ces lieux faconnait les genevriers...

    Randonnee dans les Monts Fans...

    on se sent tout petit au milieu de tout cela!

    Randonnee dans les Monts Fans...

    les Lacs Allaudin, depuis le col Allaudin

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Randonnee dans les Monts Fans...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Randonnee dans les Monts Fans...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Lacs Mutny, a portee de glaciers...on monte, on monte!

    Randonnee dans les Monts Fans...

     Col Zamok (4040m, point culminant du voyage pour le moment, mais pas a velo du coup!) et le Chimtarga et ses 5490m, le plus haut sommet des Fan

    Randonnee dans les Monts Fans...

     

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Nuit a la belle, avec les etoiles comme toile de tente et lever de soleil aux premieres loges...et peut-etre qu'un ours a passe pas loin vu les belles traces trouvees sur le chemin!

     Randonnee dans les Monts Fans...Randonnee dans les Monts Fans...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Randonnee dans les Monts Fans...Randonnee dans les Monts Fans...

     

     

     

     

     

     

     

    descente dans la vallee du lac Iskanderkul et ses eaux turquoise...

    Randonnee dans les Monts Fans...

     

    Et voila, notre belle viree entre ciel et terre s'acheve...un peu d'auto-stop (encore un gros 4x4, rrhhoooo!) et nous voila de retour a Dushanbe des images plein la tete et nourris du calme et des grands espaces de ce massif!

    Merci Helene, Erwin et Adele pour votre accueil chaleureux a Dushanbe et pour avoir veille sur nos velos pendant que nous nous baladions...!

    Un clin d'oeil aussi au groupe de randonneurs et leurs guides qui nous ont invites a partager leur soiree au lac Kalikulon, et bonjour a vous si vous passez par ces pages!

    ...Et un rajout de derniere minute: nous pensions etre en Inde quand cet article paraitra, mais...on nous a vendu des billets Dushanbe-Delhi pour un vol annule! On en a eu confirmation le matin meme, en arrivant a l'aeroport avec nos velos bien emballes et tout et tout! Du coup, on va quand meme aller faire un tour du cote de l'Ouzbekistan...!

     

    Randonnee dans les Monts Fans...

    taxi super a l'heure, arrives bien comme il faut a l'aeroprt...prets a partir!...

    Randonnee dans les Monts Fans...

    "Delhi? aaahh, no flight, canceled!" BOUHHHH, REMBOURSES, REMBOURSES!!

    Randonnee dans les Monts Fans...

    Randonnee dans les Monts Fans...


    5 commentaires
  • Que nous avons mis du temps a l'inaugurer cette rubrique "Tadjikistan". Un peu de repos puis une viree en montagne plus loin, enfin quelques nouvelles de ce troisieme "stan" que nous traversons.

    Depuis la frontiere kirghize (Karamyk), nous avons donc continue a suivre le cours de la Kyzyl-Suu - qui devient ensuite la Surhob cote tadjik - pour rejoindre assez directement Dushanbe, la capitale, par la vallee de Garm. Nous nous attendions a un paysage quasi desertique (allez savoir, les a prioris!) et avons ete agreablement surpris par la diversite des couleurs qui ont emaille ces premiers jours au Tadjikistan: petits villages verdoyants accroches aux pentes des montagnes rouges et arides, terres cultivees dans les moindres espaces plans, vergers de pommiers charges de fruits...c'est une vallee fertile que nous avons descendue.

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    maisons de terre rouge, comme les montagnes alentours

    De Karamyk a Dushanbe

    lever de soleil sur le pic Samoni (ou pic Kommunisma) et ses 7495m


    Les gens aussi ont "change" petit a petit par rapport au Kirghizstan, aussi bien les visages que les vetements: on commence a sentir la culture persanne. Longues tuniques colorees et foulard pour les femmes, long manteau et barbe pour certains hommes par exemple. Toutes nos excuses d'ailleurs de ne pas pouvoir vous montrer de photos, nous avons toujours autant de mal a photographier nos semblables de maniere impromptue, sans rien dire...et meme a le demander. Une forme de gene peut-etre...

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    chic, encore une route en gravier...seulement 40km! sinon, la route est lisse et belle, l'oeuvre des entreprises chinoises qui refont les routes des pays d'Asie Centrale...une pieuvre etendant ses tentacules d'asphalte petit a petit...?


    J'ouvre une parenthese, car nous n'aurions pas traverse cette region du Tadjikistan si la route des Pamirs n'avait pas ete fermee aux etrangers au moments ou nous souhaitions l'emprunter...

    Si vous avez envie de regarder sur Goo... Much ou un bon vieil atlas (enfin, pas trop vieux quand meme, sinon vous aurez l'URSS et non tous les etats independants post ere sovietique), c'est le moment... Les Pamirs, toute la partie ouest du pays a ete fermee aux touristes et voyageurs depuis fin juillet, pour cause de violences dans la region de Chorug, sans entrer dans les details.

    Si vous regardez donc sur votre atlas ou carte (ou Goo...Much), vous remarquez sans doute que les pays en "stan" ont pour le moins un decoupage de frontieres assez particulier. Il y a meme de petites enclaves ouzbeques au Kirghizstan, d'autres tadjikes au Kirghizstan et en Ouzbekistan par exemple. Ce decoupage qui peut sembler anarchique a ete realise strategiquement par Staline durant l'ere sovietique et ne respecte absolument pas la repartition geographique des populations locales ("diviser pour mieux regner", c'est bien ca qu'on dit?). Toujours est-il que ces frontieres ont ete conservees a la creation des etats independants suite a la chute de l'"empire" sovietique, avec les tensions inter-culturelles / ethniques qu'elles sous-tendent, qui sont malheureusement sources de conflits parfois dramatiques.

    Le Tadjikistan est peut-etre le pays qui a le plus souffert, sombrant dans la guerre civile jusqu'a la fin des annees 90.

    Je ferme cette petite parenthese historico-geographico-politique qui me semblait importante et pertinente (elle pourrait etre beaucoup plus longue et plus detaillee) pour revenir a notre periple...

    De Karamyk a Dushanbe


    Cette jolie vallee nous a donc amenes jusqu'aux portes de Dushanbe (avec quand meme quelques bosses et un col au passage, parce que quand meme, il ne faut pas perdre l'habitude!), petite capitale du XXIe siecle, avec son avenue principale propre et nette, ses parcs a l'occidentale, ses "cols blancs" tires a 4 epingles partant au bureau, ses grosses voitures... et a cote ses petites rues poussiereuses, ses bazaars ou on trouve de tout dans une joyeuse cohue etc...

    Petit tour de la ville moderne en images, bien loin des rues paralleles et surtout des campagnes!

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe

    De Karamyk a Dushanbe


    Le temps de se poser, de prendre le temps de se cuisiner de bons petits plats avec les produits frais a profusion du bazaar du coin, de lancer des procedures de visas, et nous sommes donc alles nous balader dans les Monts Fans, au nord-ouest de Dushanbe...et c'est la qu'on tient le suspense, car ces quelques jours et les photos qui vont avec sont pour la prochaine fois, hehe!!



    votre commentaire
  • Un peu de repos a Osh donc, et hop nous voila repartis vers le sud-ouest du Kirghizstan, en direction du Tadjikistan...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    entre deux cols... 

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    encore des contrastes saisissants

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

     et de beaux lacets!

    Deux cols plus loins, nous sommes arrives a Sari-Tash, que l'on pourrait imaginer comme une petite ville bourdonnante, etant situee a la croisee d'axes routiers Tadjikistan-Kirghizstan-Chine...et pourtant, c'est presque dans une cite fantome que nous avons eu l'impression d'arriver! et toute la region etant nimbee d'une espece de brouillard dissimulant les montagnes ce jour la n'a fait que renforcer cette impression bizarre! Notre visa tadjik ne commencant que le 8 septembre, qu'allions-nous faire dans ce coin glauque pendant une semaine, alors qu'il aurait suffit de 2 jours de pedalage pour rallier la frontiere? et puis le passage par la route des Pamirs toujours ferme... un peu de mal a trouver l'entrain, mais parfois devoir attendre reserve de belles surprises...suspense!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    bienvenue a Sary-Tash!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    la route qui part vers le col Kyzyl Art et les Pamirs...une autre fois peut-etre?!

     

    C'est ainsi que nous avons commence a descendre tranquillement la vallee de la Kyzyl-Suu (qui veut dire "Eau Rouge", cf le titre du post pour ceux qui suivent!), et nous sommes arrives a Sari-Mogul, l'un des villages d'ou l'on voit le mieux le Pic Lenine (ou Pic Kuh-Y-Garmo, ou d'autres noms encore!) et ses 7134m, LE sommet du coin et l'un des 7000 les plus abordables techniquement (il faudra revenir un jour avec l'equipement!)...enfin, par temps clair! De la, nous sommes montes a velo vers un jailoo ou une famille accueille des gens dans ou autour de ses yourtes, et nous sommes balades pendant deux jours a pied pour profiter du spectacle grandiose de ces montagnes qui offrent un panorama d'une partie de l'"envers" des Pamirs. Lumiere, silence, paysages, repas sous la yourte... quelle belle parenthese nous n'aurions pas ouverte si ces quelques jours de battement ne s'etaient pas "imposes" a nous!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    l'Eau Rouge, chargee de tous les debris rocheux de meme couleur arraches par l'erosion aux montagnes environnantes

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    Au reveil a Sary-Mogul, enfin le brouillard s'est dissipe et quel spectacle!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    Premieres gelees nocturnes (nous sommes a environ 3200m d'altitude) et lever de soleil sur le jailoo...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    ...et les sommets environnants

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    miroir magique...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    comme attires par la puissance des lieux!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    cuisine et repas sous la yourte apres une bonne journee de marche!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    ...et redescente au village des images plein la tete!


    Regonfles de ces quelques jours, nous sommes repartis vers le Tadjikistan (poste frontiere de Karamyk) et avons croise Frank de Hollande, avec Martine et Dominique d'Alsace (!) venant dans l'autre sens. Nous avons plante nos tentes ensemble pour partager notre derniere et leur premiere soiree au Kirghizstan autour de nos plats de nouilles instantanees et d'anecdotes de voyage...tres sympathique moment, mais ca manquait tout de meme cruellement de Gewurts pour feter cette rencontre!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    dernier et premier petit dej' kirghize!

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    au loin, la frontiere tadjike et la descente progressive vers Dushanbe...

     

    Quelques kilometres plus loin, nous voila a Dushanbe, la capitale tadjike, mais ca c'est pour le prochain episode et l'inauguration de la rubrique "Tadjikistan"! En attendant, au revoir le Kirghizstan, pays des cavaliers virtuoses, des yourtes, et des paysages qui donnent envie d'y revenir!

     

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

     

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...

    En descendant la vallee de l'Eau Rouge...


    3 commentaires
  • On nous reclame des photos, des nouvelles, enfin les voicis! On ne s'en est pas vraiment rendu compte, mais il s'est ecoule du temps depuis Bishkek! Les journees ont ete tres denses et riches en tous points pour nous durant les kilometres parcourus sur les quelques routes kirghizes empruntees (car il en resterait encore bien d'autres a decouvrir!). Petit tour d'horizon(s):

    De Bishkek, il nous a fallu deux jours de pedalage sur l'unique route directe qui relie la capitale au celebre lac Issy-Kol. Deux jours de circulation intense et plutot stressante, qui nous a fait renoncer a entrependre le tour du lac: il y a enormement de monde en cette periode de vacances, cette immense etendue d'eau etant la seule "mer" de cette region du monde. Et tout y est: plages, glaces, vendeurs de bouees...on se croirait sur la Cote d'Azur pour un peu!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     Balitchy plage (Issy-Kol)

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    ...et des sommets a plus de 4500m en arriere plan!

    Nous avons donc oblique directement vers Kochkor pour grimper ensuite vers le plus petit et tranquille lac Song-Kol, entoure de jailoos (paturages d'ete) et de yourtes, perche a plus de 3000m d'altitude. Il se merite car il faut y monter par des routes non asphaltees qui tournicotent, mais le spectacle en vaut la seur une fois arrives sur ce plateau, comme suspendu entre ciel et terre. L'endroit ideal pour gouter tout simplement au silence, a un beau lever de soleil, au simple plaisir d'etre la...

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     On ne les avait pas photographies au Kazakhstan, mais la ils ont carrement pose!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     Sur la route de Kochkor

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     campement le long de la riviere Tomok, avant la montee au lac Song-Kol

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     grimpette en bonne compagnie!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     et oui, au Kirghizstan aussi il y a quelques yaks!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     douce descente vers le lac une fois le petit col franchi...

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     lever de soleil sur les jailoos qui entourent le lac

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     les troupeaux de vaches, moutons et chevaux paissent cote a cote dans ces vastes prairies

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    depuis la rive sud du lac, on atteint le col Moldo Ashuu (3346m), pour descendre sur la vallee de la Naryn

    Nous avons ensuite retrouve les collines arides et la chaleur dans la vallee de la Naryn, puis une boucle par Baetov nous a emmenes en 2 jours assez fatiguants jusqu'a Kazarman. Plus de goudron a partir de Baetov, beaucoup de cailloux, de "tole ondulee" et de poussiere ont fortement ralenti notre progression et bien entamme les organismes et secoue les velos! Ce n'etait pourtant que l'echauffement pour franchir ensuite le col Kaldama... 

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     quand on dit que c'est sec et caillouteux...

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     ...mais qu'on est recompense par les paysages,

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     c'est sans rien exagerer!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

     mange ta soupe! SANS viande s'il vous plait et preparee avec soin par la maitresse de maison!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    t'es sur, c'est la bas qu'on va??? ben oui, y'a qu'une route je ne vois pas ou ca peut etre autrement!! 

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    Finalement, ca ne monte pas si raide, alors dis, pourquoi tu pousses?

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    c'est juste qu'il y a une petit peu de vent par iciiiiiiiiii!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    et la descente de l'autre cote!

    ...et rejoindre la vallee du Fergana...ou nous avons retrouve avec bonheur l'asphalte bien lisse, puis Jalal Abad et Osh. Mais l'avantage de ces routes secondaires est de ne pas etre trop frequentees car peu roulantes, au moins on n'est pas trop embete par les automobilistes (une bonne bouffee de poussiere de temps en temps et c'est "tout")...Et oui ma bonne dame, on ne peut pas tout avoir, et on ne va surtout pas se plaindre de la beaute des endroits traverses!

     

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    descente sur la vallee du Fergana, immensite fertile entre Kirghizstan et Ouzbekistan

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    la recolte des tournesols bat son plein, les fleurs sont encore le plus souvent battues a la main et les graines etalees sur la route pour terminer le sechage  

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    Arrivee a Osh, avec le "trone de Suleyman", protuberance calcaire comme sortie de nulle part au milieu de la ville qui fut un lieu de pelerinage musulman

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    vue sur la ville depuis ce promontoire 

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    Le Jayma Bazaar...il faut presque carte et boussole pour ne pas se perdre!

    Petit tour du Kirghizstan a pedales...

    echange de couvre-chef pour Fifi: bob "Doc Nature" contre le traditionnel ak kalpak!


    Nous avons rencontre des cyclos tous les jours, le Kirghizstan est vraiment le pays du voyage a velo (toute l'Asie Centrale, en fait)! Petit clin d'oeil a toutes celles et ceux avec qui nous avons passe un moment et discute avec beaucoup de plaisir: Luc et Valeryne, Sandra et Stefan, Pascalina et Filip, Antonin, Soleil, Adriana et Bernat, Malie (avec aui nous avons fait enfin connaissance sur la route apres des echanges de courriels!) et ses  coequipiers...et tous les autres! Bonne route a vous tous!

    Nous allons maintenant nous diriger vers le Tadjikistan, mais nous ne pourrons malheureusement pas emprunter la "mythique" route des Pamirs car elle est actuellement fermee...les prochaines nouvelles sans doute a Dushanbe!



    8 commentaires
  • Au cours de notre periple, de nombreux hommes, et particulierement nos hotes occasionnels, me trouvent une ressemblance physique avec le celebre footbaleur Francais Zinedine Zidane. Je pourrais me montrer flatte de cette attention. Mais tel n'est pas le cas et, afin de ne pas froisser les susceptibilites, je prefere "botter en touche".

    Zinedine Zidane, ce grand Homme. Voyons ce qu'en disent Jean Marie Brohm et Marc Perelman* : 

    Le «coup de boule» de Zidane et les nouvelles limites de la violence sportive

    Publie le 14 juillet 2006  

    Tout s'est termine ce dimanche soir par une curieuse victoire de l'equipe italienne, apres un acting out violent et tout aussi curieux de Zidane. Provocations, injures et un «coup de boule» fatidique. Carton rouge. Zidane est expulse du terrain. Il rejoint, tete basse, les vestiaires, inconsolable. Plus tard, on le verra, crispe, le visage ferme, saluer la foule venue place de la Concorde lui rendre un dernier hommage. «On n'excuse pas, mais on comprend», dira Raymond Domenech. Dans un sondage d'apres-finale, les Francais a 61% ont pardonne son geste a Zidane. SOS-Racisme, de son cote, s'est empresse de demander une enquete a la Fifa parce que  «le joueur italien serait l'auteur d'un propos raciste».

    D'autres ames charitables, compassionnelles, se sont emues, prenant fait et cause pour Zidane, celui par qui la «fete» pour tous les Francais, sans distinction, a ete possible. Le bonheur d'une finale tant esperee ne pouvait etre terni si vite. La liesse populaire ne serait donc pas suspendue. Mieux encore, l'allegresse d'un peuple mise a mal serait relancee, justement par ce geste, certes inacceptable, mais finalement comprehensible. L'exultation et la depression avant, pendant et apres-match n'ont cesse d'alterner ; elles se sont melangees, accelerant la contagion emotionnelle des pulsions les plus gregaires.

    Que nous dit cet acte ? Et au-dela de ce geste stupide, comment l'analyser autrement qu'a travers la violence primaire qui s'exerce partout : sur le terrain, dans les gradins, dans la rue, devant les ecrans de television geants genereusement proposes aux foules assoiffees de sport, demanderesses d'idoles et d'icones, des masses sous l'emprise de l'opium sportif ? La logique intrinseque des competitions provoque, et desormais necessite, une violence sur les terrains de football qui est devenue le quotidien le plus banal. La violence est verbale : injures, insultes, mots grossiers et vulgaires, propos orduriers et scatologiques entre les joueurs et vis-a-vis de l'arbitre.

    La violence est physique : des intimidations aux fortes poussees sur l'adversaire, des pressions aux bourrades, coups en tout genre, tacles appuyes, crachats, manchettes, gestes obscenes. Ces violences constituent la verite du football actuel. Un match de football est une tempete, la lente agonie de joueurs pousses dans leur extreme limite physique, la mise en tension provoquee par le choc d'equipes-commandos en crampons pretes a en decoudre. Il participe de cette cretinisation des esprits contamines par le fleau emotionnel du football a travers un projet d'identification collective a un nouveau Dieu. Mais Dieu ne donne pas de «coup de boule»...

    Le geste de Zidane, apres tant d'autres tout aussi condamnables, est symbolique des limites que le football est en train de franchir : la mise en oeuvre d'une violence visible par tous et desormais acceptable. L'atmosphere de ce match devenait irrespirable tant la pression etait forte. Et cet acting out du capitaine de l'equipe de France, une forme d'abreaction, c'est-a-dire de decharge emotionnelle, est venu comme une conclusion «naturelle», eu egard aux enjeux immenses et a la pression que subissait ce groupe de combat en operation sportive.

    Le geste de Zidane, dans les dernieres minutes du match, autodestructeur et infantile, est un symptome, soit en termes analytiques, le substitut d'une satisfaction pulsionnelle qui n'a pas eu lieu : la gagne a tout prix, la fin heureuse d'un match qui ne parvenait pas a se denouer. «On vit ensemble, on meurt ensemble»,terrible et inquietante devise par quoi le scandale est survenu.

    * Respectivement professeur de sociologie, universite Paul-Valery, Montpellier-III et architecte, professeur en esthetique, universite Paris-X-Nanterre, coauteurs du

     Football, une peste emotionnelle (Gallimard, Folio, 2006).

    Arretez de me prendre pour Zidane!

     

    Chaque pays, chaque ville, jusqu'a la moindre bourgade pauvre et reculee que nous traversons, possede son stade de foot. Quand nous communiquons avec les gens, de nombreux hommes en viennent rapidement a enumerer les celebres footeux en ventant les merites de leur equipe favorite. Dans chaque cafe internet dans lesquels nous nous rendons, de nombreux garcons (!) s'abrutissent devant des jeux de foot pendant que les hommes, les vrais, picolent au bar devant un ecran de tele, a beugler et vociferer pour supporter leur equipe...

    Ce gregarisme primaire est sans doute dans l'air du temps et je n'en ai pas ete epargne: mon idole etait Edgar Grospiron (voir ici). Mais peut-etre est-il temps de changer d'ere?!

    A celleux qui pensent que le sport* est un exutoire, avec entre autres fonctions de contenir les pulsions belliqueuses et combler un vide existentiel (en d'autres termes a occuper nos jeunes face a la delinquance et l'oisivete...), je les invite vivement a s'interroger profondement sur les fonctions economiques, politiques, culturelles, ideologiques du sport, avent de stigmatiser aveuglement celleux qui osent (les vilainEs!) critiquer ce phenomene social total.

    Ne ratez pas l'Ultra-Sieste, le mardi 28 aout aux Houches, qui traitera de ce sujet tabou qui ne peut rester l'impense (tiens, ca rime avec chimpanze!) majeur de notre monde:

    - Antony Pouliquen fera une conference gesticulee "Une autre histoire du sport ou pourquoi je ne serai jamais Luis Fernandez"

    - Paul Aries donnera une conference "pour une critique de la sportivisation de la vie" qui sera suivie d'un debat.

    renseignements sur l'Ultra Sieste 2012 et videos des anciennes editions ici

    Si, apres avoir profere de tels propos relevant probablement d'une excroissance du Moi pathologique, vous tenez toutefois a m'appeler Zizou, allez-y! Mais, dans le genre, je prefererais Fifou!

    Desportivement, Fifi

    *le sport est ici entendu en tant qu'activite physique pratiquee en competition, ou avec un esprit competitif.


    2 commentaires